Le bidon maudit

 

Il nous regardait de la fenêtre de sa chambre, il n’avait pas confiance.  Un moment, je le vis ôter sa veste de militaire puis s’accouder sur le rebord, portant négligemment ce que je savais être une « Lucky Strike » à ses lèvres.  Nous étions censées jouer toutes les deux dans le jardin, pourtant il ne faisait pas très chaud et maman nous avait tout de même fait enfiler un chandail.  Ma petite sœur faisait la folle comme d’habitude et comme toujours je n’osais pas vraiment m’amuser, persuadée d’une catastrophe imminente dont je serais forcément responsable.  Je devais toujours payer mes moments de bonheur au centuple.  Dès que j’oubliais mes angoisses et que je riais de bon cœur, maman tombait sur quelque chose à me reprocher.  La joie était enterrée, la punition était en route.  J’étais toujours coupable, je le savais bien, j’éprouvais même parfois un certain plaisir à avoir raison quand cela arrivait.

Le jardin n’était pas bien grand, il n’y avait pas de piège, il fallait juste éviter de piétiner les légumes du petit potager, ne pas casser les branches des arbustes fruitiers et ne pas toucher aux giroflées envahies par les guêpes.

Et soudain, ce fut le drame, décrochant lentement de mes pensées funestes, je vis mon frère crier de sa fenêtre plutôt que je ne l’entendis.  Ma sœur, elle, je ne l’entendais plus gazouiller, alors je me retournai vers l’endroit où je l’avais perçue en dernier et je ne vis que ses bottines dépasser du gros bidon qui collectait l’eau du toit de la petite cabane dans le coin du jardin.  J’eus l’impression de courir pendant des heures pour parcourir les deux mètres qui me séparaient d’elle.  Je lui attrapai les pieds et tentai de la tirer à moi.  Mon frère avait sauté sur le toit de la terrasse puis dans la pelouse, il était déjà là ! Il la sauva, sans efforts inutiles.

Bien sûr, tout fut de ma faute, c’est tout juste si on ne m’accusa pas de l’avoir poussée!

De ce jour est née ma hantise de laisser un enfant s’approcher de l’eau et ma peur panique de la noyade d’un être cher.

Petite chérie, que de bons moments et de fou-rires nous auraient échappés s’il n’avait pas été là !

18/12/2017

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 22/11/2019