Espoir

Si un oiseau soudain entrait dans ma chambre,

Se posait sur mon bras comme sur une branche,

Lui confierais mes douleurs et ma peine,

Qu'il irait emporter bien au-delà des plaines.

Envolés les malheurs, les pleurs et les soucis,

Pourrais alors enfin ne plus penser qu'à lui!

(16 mars 1993)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire