Au secours

 

Au secours, je me noie,

Dans l'avidité de mes angoisses,

Le gouffre de ma lassitude

M'absorbe lentement.

Je me noie, au secours,

Mes certitudes s'effacent,

L'infini est tentant.

Un abîme s'est ouvert,

Paré de charmes divers,

Le quotidien a pâli.

Que fais-je encore ici?

Au secours, je me noie,

J'entrevois la lumière,

Elle m'ouvre ses bras

Chargés de roses amères.

Je me noie au secours,

Je m'enfonce doucement

Dans le vide qui m'aspire

Tout en me laissant vivre.

De ses entrailles je sens

Un parfum qui m'ennivre

Troublant.  Ma raison chavire.

Au secours, je me noie,

Dans un futur acide,

Sans douleurs et sans joies,

Sans amour et sans foi.

Merci monde perfide.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×